Gestion de la douleur liée au cancer au cours de la crise des opioïdes : Une initiative multidisciplinaire et pancanadienne de planification et de dissémination des connaissances

Les efforts déployés pour endiguer la crise des opioïdes risquent de contribuer à une gestion inadéquate de la douleur liée au cancer.
 
C’était le point de départ de la première étape d’une initiative nationale novatrice visant à élucider l’impact de la crise des opioïdes sur la gestion de la douleur liée au cancer et à élaborer un programme de recherche pour étudier la crise et identifier des moyens d’optimiser la gestion de la douleur à travers le continuum de la maladie et tout au long de la vie dans le contexte de la crise.
 
Parmi les éléments importants mis en lumière, citons l'identification des principales lacunes en matière de connaissances, le signalement inconsistant des conséquences néfastes, et les impacts sur les systèmes et la réglementation susceptibles d'avoir des effets négatifs importants sur la prestation de soins et services pour une bonne gestion de la douleur liée au cancer.
 
Cette initiative a été rendue possible grâce à une subvention des IRSC pour la planification et la dissémination des connaissances accordée par l’Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies, et un financement du Réseau québécois de recherche sur la douleur, du Réseau québécois de recherche en soins palliatifs et de fin de vie (RQSPAL), de l’Unité de SOUTIEN du Québec pour la stratégie axée sur le patient, et un soutien de Pain BC et Solutions for Kids in Pain. Ce soutien reçu a permis de réunir une équipe internationale multidisciplinaire de 41 personnes ayant une expérience vécue, de personnes impliquées dans la défense des droits des patients, de cliniciens et de chercheurs expérimentés dans les domaines de la douleur, de l'oncologie, des soins palliatifs et des dépendances. Deux rencontres de deux jours, une à Vancouver et une à Montréal ont eu lieu en septembre 2019. Les discussions ont porté sur les réalités cliniques de la gestion de la douleur liée au cancer dans le contexte de la crise, l'expérience vécue par le patient et le soignant, les populations à risque, la génétique, les comorbidités psychologiques, la toxicomanie, les troubles cognitifs, les autres traitements (p. ex. traitements non pharmacologiques, cannabinoïdes), et les facteurs économiques systémiques.
 
Nous avons identifié plusieurs prochaines étapes importantes afin d’améliorer notre compréhension de la crise des opioïdes et de son impact sur les personnes souffrant de douleur liée au cancer, et proposer des solutions. Les personnes intéressées à se joindre à nous sont invitées à contacter Lynn Gauthier (lynn.gauthier@crchudequebec.ulaval.ca) pour plus d'informations.