Retour aux articles

Étude de l’expression des gènes dans les tissus de traitement de la douleur après une lésion nerveuse

Membres associés :

L’expression des gènes après une lésion nerveuse est régulée à différents niveaux, y compris la transcription, la traduction de l’ARNm et les modifications post-traductionnelles. L’étude de tous les niveaux de régulation fournit un profil complet des changements induits par les lésions nerveuses dans l’expression des gènes et facilite la compréhension de la physiopathologie de la douleur neuropathique et la recherche de meilleurs traitements.

La douleur chronique déclenchée par une lésion nerveuse (douleur neuropathique) est une affection débilitante et difficile à traiter. Une lésion nerveuse peut faciliter la transmission de la douleur via une variété de mécanismes, y compris des changements dans l’expression des gènes. L’expression des gènes est un processus complexe qui comprends plusieurs étapes et est régulé à différents niveaux. Alors que la plupart des études précédentes se sont concentrées sur la mesure des changements dans l’expression de l’ARNm, d’autres modes de régulation de l’expression des gènes restent largement inconnus. L’efficacité de la production des protéines à partir de l’ARNm est fortement régulée via un processus appelé traduction de l’ARNm. Des études récentes ont révélé que la traduction de l’ARNm joue un rôle clé dans la détermination des niveaux de protéines dans la cellule, et sa dérégulation est observée dans de nombreuses conditions physiologiques et pathologiques. L’empêchement de la traduction de l’ARNm soulage la douleur chez les modèles animaux; cependant, les gènes spécifiques régulés par les mécanismes de contrôle de la traduction dans la douleur restent insaisissables.

Transcription et traduction de l’ADN

Dans la présente étude, nous avons utilisé une technique spécialisée pour mesurer la traduction de l’ARNm dans deux tissus contrôlant la douleur; les ganglions de la racine dorsale (GRD) et la moelle épinière, chez les souris soumises à une lésion nerveuse. Nous avons mesuré à la fois les niveaux d’ARNm et l’efficacité avec laquelle chaque ARNm est traduit en utilisant une approche à l’échelle du génome. Notre étude révèle des sous-ensembles distincts de gènes montrant une traduction régulée à la hausse ou à la baisse après une lésion nerveuse dans le GRD et la moelle épinière. L’analyse des gènes avec une traduction altérée a permis d’identifier plusieurs voies de signalisation, telles que l’ERK (une enzyme cellulaire) et les fonctions biologiques, telles que la régulation transcriptionnelle, qui sont largement affectées par le contrôle de la traduction. En résumé, notre étude révèle des sous-ensembles de gènes régulés au niveau de la traduction de l’ARNm et fournit des informations importantes sur le paysage d’expression génique complexe après une lésion nerveuse dans les tissus de traitement de la douleur.

En savoir plus