Retour aux articles

Comment l’intensité et la prédictibilité de la douleur influencent le système moteur?

Membres associés :

Les réponses motrices sont essentielles pour protéger le corps de la douleur, par exemple retirer sa main d’un objet brûlant ou immobiliser une articulation blessée. Les systèmes moteur et de la douleur sont donc en interaction dans le système nerveux. Dans cette étude, nous avons cherché à comprendre comment différentes composantes de la douleur (sensorielle et cognitive) influencent le système moteur.

La douleur est une expérience multidimensionnelle complexe qui inclut des composantes sensorielles, affectives, motrices et cognitives. Par exemple, l’intensité de la stimulation (composante sensorielle) ou le fait de savoir à quel moment précis la douleur sera ressentie (prédictibilité temporelle – composante cognitive) peuvent influencer l’expérience de douleur. Notre étude a évalué comment ces deux composantes influençaient la perception de la douleur ainsi que le système moteur. Nous avons utilisé une douleur expérimentale (un laser) qui active de manière contrôlée les voies de la douleur.

Premièrement, les résultats montrent que la perception de la douleur augmente avec l’intensité du laser. De plus, la douleur est perçue comme plus intense lorsqu’elle est prédictible au niveau temporel. Cette perception accrue de douleur se traduisait de façon objective par des réponses cérébrales plus élevées (mesurées par électroencéphalographie). Ceci montre que la douleur dépend à la fois de facteurs sensoriels et cognitifs.

Deuxièmement, les résultats montrent que plus l’intensité de stimulation est élevée, plus la voie motrice qui relie le cortex moteur aux muscles correspondant à la zone douloureuse est inhibée, avec toutefois une grande variabilité à travers les participants. En revanche, la prédictibilité de la stimulation avait un impact sur la voie motrice seulement pour la moitié des participants. Cela suggère que les facteurs cognitifs de la douleur qui influencent le système moteur pourraient être liés à d’autres composantes (p.ex. l’anxiété).

En conclusion, l’influence de la douleur sur le système moteur s’explique en partie par des facteurs sensoriels et cognitifs, mais des questions restent encore à élucider, comme le rôle de la composante affective.

Vous pouvez lire cet article ICI.