Retour aux articles

3 minutes de neuroscience – retour aux bASICs

Membres associés :

Cette vidéo a été sélectionnée dans le cadre du concours de vulgarisation scientifique « Plein feu sur la relève 2020 » organisé par le RQRD. Dans cette vidéo, les étudiants du Réseau Québécois des Étudiants-Chercheurs sur la Douleur (RQECD) vous présentent leur projet de recherche.

Melina Papalampropoulou-Tsiridou

Les ganglions de la racine dorsale sont des centres sensoriels périphériques. Leur rôle est de détecter une variété de signaux environnementaux à travers diverses populations de cellules hautement spécialisées appelées neurones, et de transférer ces informations au cerveau. L’acidification ou la diminution du pH est l’un de ces signaux importants et l’une des premières réponses après une blessure ou une inflammation due à la libération de protons. Les canaux ioniques à détection d’acide (ASIC) sont les principaux capteurs d’acidification de l’environnement environnant des neurones. Les ASIC ont plusieurs sous-unités différentes avec des propriétés uniques. Ainsi, il est essentiel d’étudier leur modèle d’expression dans différentes populations neuronales au sein des ganglions de la racine dorsale pour mieux comprendre leur implication dans la détection de différents stimuli. Au cours de ma recherche de doctorat, j’ai utilisé une combinaison de techniques d’imagerie pour visualiser spécifiquement ces sous-unités dans différentes populations neuronales des ganglions de la racine dorsale des souris. J’ai découvert un modèle d’expression compliqué qui implique que chacune de ces sous-unités ASIC est impliquée dans la détection de différents signaux. De plus, j’ai révélé que les blessures périphériques affectent la présence de sous-unités d’ASIC dans les populations neuronales sensibles à la douleur, soutenant davantage l’idée que les ASIC pourraient être de bonnes cibles pour le développement de médicaments contre la douleur.