Retour aux articles

Un aperçu du développement des neurones de la douleur

Membres associés :

Lorsque l’embryon se développe, chaque cellule créée se voit allouer une fonction pour poursuivre son développement et remplir cette fonction, selon les gènes exprimés et les messagers cellulaires. Les neurones de la douleur qui participent à la transmission des informations de la moelle épinière jusqu’au cerveau ne font pas d’exception à la règle. Divers gènes tels que le gène Phox2a participent à la croissance et au guidage de ces neurones.

but

Il a été démontré tout récemment que le gène Phox2a est essentiel au développement des cellules nerveuses dans la moelle épinière transmettant la douleur du corps au cerveau afin d’être perçue consciemment. Nous pouvons donc étudier comment ces circuits de transmission de la douleur se créent en observant les cellules qui expriment le gène Phox2a. Au cours du développement, certaines cellules libèrent des composés chimiques (comme le netrin ou le reelin) afin d’attirer ou éloigner d’autres cellules. Cela permet la formation optimale des organes comme la moelle épinière. Cette étude visait à analyser les effets de deux signaux de migration cellulaire impliqués dans la douleur persistante (le netrin et le reelin) sur le développement des voies de transmission de la douleur.

méthodologie

Des souris transgéniques génétiquement modifiées pour produire des neurones marqués par fluorescence lorsqu’ils expriment le gène Phox2a ont été croisées avec des souris portant des formes mutantes ou altérées des gènes Neutrin1, Dcc et Unc5c. Ces gènes sont impliqués dans le signalement de neutrin 1. Les souris portaient aussi des formes altérées du gène Dab1, qui est impliqué dans le signalement de reelin. Le développement neuronal de transmission de la douleur a ensuite été analysé en observant au microscope le marqueur fluorescent dans la moelle épinière des embryons de souris.

résultats

Chez les souris dont le gène Neutrin1 est muté, les neurones de transmission de la douleur recevant directement les messages des nerfs sensoriels et qui sont associés à la localisation des stimuli douloureux (situés dans la lamina 1 de la moelle épinière) n’ont pas migré en position. Cela est principalement dû à un trouble de croissance des fibres nerveuses sensorielles dans la moelle épinière. Chez les souris dont le gène Dab1 est muté, les neurones de transmission de la douleur situés plus profondément dans la moelle épinière (dans la lamina 5) et qui sont associés au caractère désagréable provoqué par la douleur n’ont pas migré en position. Cela ne dépendait manifestement pas d’aucun autre facteur, ce qui suggère que ces neurones pourraient utiliser directement la signalisation de reelin.

à retenir

Brian Roome, Artur Kania et leurs collègues ont démontré que les gènes de signalisation neutrin1 et reelin dont les variantes ont précédemment été associées à la douleur persistante et à des variations dans la manière dont la douleur est ressentie (sensibilité à la douleur), ont des effets prononcés sur le développement des neurones de transmission de la douleur chez la souris. Cela pourrait expliquer leur lien avec la physiologie de la douleur.

Accès à l’article