Retour aux articles

Le traitement de la douleur chronique a-t-il un sexe et un genre?

Membres associés :

Cette vidéo a été sélectionnée dans le cadre du concours de vulgarisation scientifique « Pleins feux sur la relève 2021 » organisé par le RQRD. Dans cette vidéo, les étudiants du Réseau Québécois des Étudiants-Chercheurs sur la Douleur (RQECD) vous présentent leur projet de recherche.

Marimée Godbout-Parent

La douleur chronique a des impacts sérieux sur le fonctionnement physique, le bien-être émotionnel et la qualité de vie des gens qui en souffrent. Afin d’assurer un traitement efficace aux patients, l’équilibre entre les approches pharmacologiques, physiques et psychologiques semble être recommandé. Malgré ces recommandations, les approches physiques et psychologiques sont quand même sous-utilisées. Afin d’assurer un traitement psychologique et physique efficace de la douleur chronique, les facteurs prédictifs tant biologiques que sociaux doivent être pris en compte. C’est pourquoi mon projet de maîtrise tentera d’analyser les associations entre le sexe, le genre et l’usage d’approches physiques et psychologiques dans le traitement de la douleur. Le sexe englobe les attributs biologiques présents chez l’humain et l’animal, tels que les chromosomes et les hormones, etc. De son côté, le genre englobe plutôt les rôles, les comportements et les expressions que diverses identités adoptent. Le genre est plutôt un caractère social influençant la perception qu’ont les gens et leur façon d’agir en société. Ainsi, l’inclusion de variables tant biologiques que sociales dans l’analyse des traitements en douleur chronique permettra de promouvoir une science plus rigoureuse, diversifiée, inclusive et équitable en plus d’élargir notre compréhension des déterminants sociaux liés à la douleur chronique.